11 mai : en saigner pour enseigner ?!

by - 09:00

Voilà plusieurs jours que je suis dans un état tel qu’il faut que je pose des mots sur mes maux.

11 mai, une date qui revient comme un écho depuis plusieurs jours : c’est acté, le retour à l’école est officiellement annoncé.

Il y a quelques semaines, le gouvernement nous annonçait qu’il fallait fermer les écoles puisque les enfants pouvaient être des porteurs sains du coronavirus, donc potentiellement vecteurs de la propagation de la maladie, et que cela relevait de la protection de tous.

Aujourd’hui, dans les discours, nous entendons que les enfants ne sont plus si vecteurs que ça, et qu’un retour à l’école peut se faire. Ce que j’entends moi, c’est que le discours change en fonction des décisions économiques que les politiques veulent appliquer. Oui, car il s’agit bien de l’économie, l’école doit garder les enfants pour que les parents puisse retourner au travail. On nous parle d’urgence sociale, de décrochage scolaire… Est-ce qu’ils s’en soucient en temps normal ?! La blague !

Aux arguments des profs, on oppose le dévouement des milliers de soignants qui, au péril de leurs vies, luttent contre la maladie et sont en première ligne. Comme la nation toute entière, mes collègues enseignants et moi-même leur vouons une admiration et une reconnaissance sans limites. Sauf que, ce qu’on demande aux enseignants, ce n’est pas d’aller soigner, c’est (et je cite) de «  participer à une expérience sanitaire », une sorte de contagion de masse pour obtenir une pseudo immunité.

J’ai peur de retourner à l’école. En 10 ans de carrière, c’est la première fois que j’ai peur d’aller au travail. L’école, ce lieu que j’affectionne particulièrement. Professeur des écoles, ce métier que j’ai toujours voulu exercer, ma vocation. Mais clairement, je n’ai pas signé pour ça !

Je vais devoir y retourner, tout en sachant que les règles sanitaires ne pourront pas être respectées, que les enfants sont incapables de suivre à la lettre les gestes barrière. Une distance de 1 mètre, qu’est-ce que c’est pour un enfant ? Ils n’ont aucune notion des distances ! Des masques pour les profs, mais pas pour les enfants. Pas de récréation, aucun contact entre eux ni avec moi... Ils ne vont clairement pas être heureux !

Le gouvernement nous laisse totalement dans le flou et il nous « refile la patate chaude » (passez-moi l’expression). Comment vais-je réussir à gérer les cours en présence à l’école, tout en assurant en même temps le suivi à distance de mes élèves qui seront restés chez eux ? Les politiques attendent-ils de moi que je travaille aussi la nuit et que je délaisse mes propres enfants ?

J’ai peur. J’ai peur pour mes élèves, j’ai peur pour moi, j’ai peur pour ma famille, de les contaminer en ramenant cette fichue maladie chez moi... S’il arrivait quelque chose à mes proches à cause de moi, je ne m’en remettrais pas !

enseigner pas en saigner

You May Also Like

10 commentaires

  1. Je comprends complètement tes peurs. Je l'avoue la maladie ne me fait pas peur (je ne suis pas à risque et je pense que j'ai plus de risque de mourir d'un cancer, mais cela n'est que MON ressenti). Cependant, je n'ose imaginer l'angoisse pour mettre en place ce qui est demandé comme mesures barrières/organisation dans les écoles. C'est tout simplement impossible à mon sens. Je ne comprends pas comment ils peuvent imaginer l'inverse... idem pour les transports en commun...
    Courage à toi et à tous tes collègues.

    RépondreSupprimer
  2. Je peux comprendre ton stress... Peur aussi que mes enfants y aillent et ramène le virus. Tu auras des masques pour te protéger mais je sais que cela ne fait pas tout... plein de courage!

    RépondreSupprimer
  3. Coucou, je comprends ton état et franchement à ta place ce serait la même chose ... J'espère que tu aura vraiment tout ce qu'il faut ! Bon courage.

    RépondreSupprimer
  4. Je comprend parfaitement ton stress a ta place je serait dans le meme etat

    RépondreSupprimer
  5. Je peux difficilement me mettre à ta place même si je peux comprendre ta peur... Ici on ne sait pas si les écoles vont rouvrir et sous quelles conditions donc on est un peu sur nos gardes... On avisera quand on saura où on va. Côté travail, on va sûrement reprendre partiellement en présentiel mais peu de visibilité là aussi...
    Après le problème de tous, c'est qu'il faudra bien apprendre à vivre avec ce virus parce qu'on n'a pas de vaccin... Et on ne peut pas rester éternellement confinés...L'être humain n'aime pas trop le flou donc cette période est dure à vivre pour tous...

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir, comme je te comprend, ici hors de questions de les remettre, j'espère que vous aurez très peu d'élève, on a tous l'impression de sacrifié les profs et les mettre au risque avec ce fameux 11 mai, ils auraient pu attendre début juin c'était déjà plus cohérent :( Bon courage.

    RépondreSupprimer
  7. Hello, je comprends ta peur et elle est hautement justifiée. Clairement, l'école reprend pour la reprise économique et non pour la santé. ça fait vraiment se poser plein de questions.

    RépondreSupprimer
  8. Cc je peux te comprendre étant atsem moi meme j'aurais peur aussi. Et puis comment faire comprendre les gestes barrières à un enfant, impossible....

    RépondreSupprimer
  9. coucou

    j ai peur aussi en tant que parent et en tant que soeur de prof
    je ne mettrais pas les enfants à l'école c'est décidé car en plus je les donne à mes parents en juillet donc ce serait criminel de les donner sans savoir si ils sont malades ou pas et de mettre mes parents en danger :o

    RépondreSupprimer
  10. Guessant Soizic4 mai 2020 à 17:00

    Je te comprends tellement. Je ne pense pas que tout ça bénéfice pour les enfants

    RépondreSupprimer

INSTAGRAM